Quand le référencement sur Google devient un problème de santé publique

La guerre de l’avortement bat son plein sur Google : en janvier, un site anti-avortement déguisé en page d’informations était passé devant celui du gouvernement. Comment cela a-t-il pu arriver ? Voici l’explication en langage SEO (Search Engine Optimiation).

Même la ministre n’en revenait pas. Comment un site anti-avortement, certes déguisé en simple page d’informations, a-t-il pu griller la priorité à la page officielle construite par le gouvernement sur le sujet en 2013… et destinée, précisément, à combattre l’influence de références partiales non officielles ?

Depuis le mois de janvier, la guerre est donc déclarée entre les deux sites, comme on peut le lire dans cet article. Marisol Touraine, en charge des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a lancé un appel via Twitter afin d’inciter les internautes à cliquer sur les liens gouvernementaux pour faire derechef grimper la page officielle d’information sur l’avortement dans les SERP de Google (les pages de résultats des moteurs de recherche).

Or, comme l’ont rapporté de nombreux sites spécialisés dans le référencement, l’intention de la ministre est excellente, mais ne changera pas fondamentalement les choses. Comment en est-on arrivé là ?

IVG et SEO

La ministre et son entourage ont certainement sous-évalué l’impact du référencement sur la visibilité d’une page web. Son appel au « clic fou » en témoigne : l’État n’a mis en place aucune stratégie SEO. Pourtant, cet exemple prouve que la question du référencement et de son efficacité peut devenir un véritable problème de santé publique, lorsqu’un site à fort parti pris tend à s’installer aux premiers rangs des résultats dans le but d’influencer la population dans un sens ou dans l’autre.

Il ne s’agit pas de juger de l’existence du site en question, mais de s’interroger, en termes de référencement, sur la façon dont ce site a pu passer devant une page gouvernementale dont l’autorité est de facto supérieure. En effet, les pages en gouv.fr sont en général perçues par les algorithmes des moteurs comme faisant autorité et donc se classent en première position sur les résultats de recherche.

Le site officiel VS son concurrent

L’appel au clic de la ministre ne sert sinon à rien, du moins à pas grand-chose. Premier enseignement à destination du ministère : une bonne stratégie SEO s’appuie sur une veille rigoureuse, elle-même rendue possible par l’analyse de nombreux metrics à l’aide d’outils SEO.

Enonçons quelques points faibles purement SEO de la page officielle :

  • Une page cible avec un contenu trop pauvre : le mot-clé IVG n’est pas suffisamment renforcé et le champ lexical est presque inexistant (le terme « avortement » n’apparaît même pas !).
  • Une stratégie de netlinking pas efficace pour un sou. L’autorité des pages gouvernementales est telle qu’une campagne bien axée de liens entrants vers la page cible, en provenance des sites officiels, pourrait suffire pour que la page du gouvernement passe en première position.

Et comparons maintenant avec l’architecture de la page concurrente :

  • Une balise « title » plus claire qui apparaît sur la page de résultats.
  • Un contenu immédiatement plus informatif : la présence du numéro vert à l’intérieur de la balise « title » est incitatrice.

Quelles solutions ?

En marge de la mise en place d’une stratégie SEO consistante basée sur une veille de qualité, voici deux actions très simples pour venir en aide au site gouvernemental :

  • Insérer un lien vers la page en question, avec des ancres (ce sont les textes des liens) variées : IVG, informations IVG, site officiel de l’IVG, site IVG du gouvernement, etc. Et dans une page qui traite du sujet.
  • Cliquer sur le lien Google du ministère et naviguer sur le site quelques minutes : la baisse du taux de rebond (taux de personnes sortants du site juste après y être entrées) indiquera à Google que les internautes trouvent sur ce site des informations pertinentes, ce qui impactera positivement le positionnement du site.

Un communiqué du ministère a indiqué, fin janvier, que la page était en pleine refonte SEO. Rendez-vous dans quelques semaines pour voir le résultat.

Cet article vous est proposé par Tom Threard

© 1999 à 2015 MoteurZine par IDF.net

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?