Google, le Big Brother du XXIème siècle

Pour ceux qui ignorent la signification du terme Big Brother (ce qui n’est pas surprenant puisque cela fait référence à un livre paru au milieu du XXème siècle par G. Orwell, 1984), voici le résumé de Wikipédia dessus : « L’expression « Big Brother » est utilisée pour qualifier toutes les institutions ou pratiques portant atteinte aux libertés fondamentales et à la vie privée des populations ou des individus. »

Olivier Andrieu, le Monsieur moteurs de recherche français, nous propose sur son blog une vision de ce que va devenir Google à court moyen terme et, franchement, je trouve cela plutôt inquiétant… d’où ma référence à Big Brother.

La principale constatation d’Olivier concerne la part d’affichage des liens naturels au dessus de la ligne de flottaison : de nos jours, il n’y a « plus que 18,5% de l’espace, contre 53% il y a quelques années ». A cela, il est possible de rajouter le fait que Google utilise de plus en plus d’outils internes ou issus de partenariats pour remplir cet espace au dessus de la ligne de flottaison.

La conclusion est simple : « Si on extrapole, on pourrait bien voir, d’ici quelques temps, des SERP « 100% Google ». (…) Un lien du type « Plus de résultats pour la requête […] » pourra alors renvoyer, en second choix (ou pour des requêtes trop incompréhensibles ou rares), vers les SERP telles qu’on les connaissait il y a quelques années, les « dix liens bleus » d’époque. » SERP traduit en français désigne « la page de résultats dans le moteur de recherche ».

Et quand une société privée, qui détient dans une majorité de pays plus de 90% des recherches sur Internet, affiche 100% de ses résultats, on se rapproche définitivement d’un monde à la Big Brother. Je n’évoque même pas les conséquences que cela peut avoir si Google se laisse influencer par le gouvernement d’un pays quelconque (cf PRISM).

Pour le référencement, Olivier Andrieu reste positif et fait confiance à la « caste » des référenceurs pour évoluer et s’adapter aux exigences de Google. Je suis d’accord là-dessus sauf que je pense qu’un référenceur est une personne qui optimise un site et développe sa visibilité naturelle et non pas une personne qui gère les publicités dans les « liens bleus« , j’appelle cela un « technicien publicitaire ».

Le référenceur va devenir un métier marginal du web, c’est un fait.

Cet article vous est proposé par Chris Hédé

© 1999 à 2015 MoteurZine par IDF.net

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?