J'ai quelque chose de coincé dans l'étau

Tout le monde y va de sa plume pour tenter de positionner une page ou de se congratuler d’avoir prévu d’avance comment éviter le naufrage ou encore pour attirer quelques clients désemparer par ce qu’il se passe Outre-Manche. Vous avez compris, il s’agit encore et toujours de Panda, mais ce coup ci, je ne lis plus, j’écris. Pour dire quoi ? Je vais tout simplement lancer quelques phrases fumeuses. Disons le crûment, cela est et reste de la branlette, décomplexé que je suis par tout ce que j’ai pu lire et entendre depuis quelques semaines.

Rire
Bon, disons-le tout de suite, le plus hilarant reste les « experts » en référencement qui ont tout prévu. Ou comment passé en quelques lignes mal écrites de l’approximation qu’est le référencement à la divination en ayant prévu d’avance que Panda n’aura pas d’effet  sur les sites toilettés par eux-mêmes. Désolé, la phrase est longue et complexe mais je la justifie en citant quelqu’un qui dans mon souvenir disait « Si vous voulez avoir une idée de l’infini, il suffit de penser à la connerie humaine » (et je m’inclus dans cette connerie, je ne vais tout de même pas renier ma famille).

Jaune
J’irais droit au but en donnant un carton rouge aux tentatives fatigantes de spam massif qui a pour nom Pandaranol. Seuls, les naïfs ne se sont pas aperçus que dans Pandaranol, il y a Panda. Cette idée de génie sous forme de CONcours coûte du temps à de nombreux webmaîtres et laisse du référencement un goût amère dans la bouche. Bref. Une grande initiative pour ajouter du bruit au bruit. Bravo les gars, nous en sortons tous grandis.

Et enfin, les pleures
Je l’avoue, les pleures, je connais. Je fais partie de ces damnés qui ont eu la douleur de non pas perdre un être cher. Non, pas si grave que cela. Alain m’avait prévenu, autrefois, il m’écrivait « Google a coulé mon navire amiral« . C’est cela, Google a descendu mon site de pointe et depuis, je suis malheureux comme le chien qui a perdu son maître. Ce n’est plus l’abondance pour certains. Olivier en sait quelque chose. Google donne le sein et la douleur est sans égale quand le contact est perdu. Ne vous en faites pas. Je vais mieux quand je me souviens qu’il ne s’agit pas de la première fois, mais il est vrai que ce coup-ci, la descente est aux enfers.

Cet article vous est proposé par tBertrand

© 1999 à 2015 MoteurZine par IDF.net

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?