Panda ou pas panda ?

Je fais suite à l’article de Thomas Bertrand du 8 juin 2011, qui citait quelques exemples de baisses catastrophiques de fréquentation pour certains sites très connus, et ce depuis mars.

Cela m’a amené à méditer un petit peu.

On comprend mal que Panda puisse avoir un impact sur le trafic de « Pages Jaunes ». Les gens se sont brutalement arrêtés de téléphoner en mars ?

Quand leur patron dit que 3% du trafic seulement proviennent de Google, je crois qu’il raconte du pipeau. Quand je cherche un numéro de téléphone, comme je n’ai pas envie d’alourdir ma liste de favoris, je tape « Pages Jaunes » sur Google et je suppose que beaucoup de gens pratiquent comme moi. Mais je ne vois pas en quoi Panda pourrait brider mes envies de téléphoner à un plombier.

C’est quoi Panda, au juste ? Un filtre manuel destiné à pénaliser les sites qui pratiquent la sur-optimisation ? Et qui croirait une seconde que c’est le cas de Pages Jaunes ? Les domaines qui possèdent un nom connu n’ont pas besoin de bidouiller. Ce sont les gens inconnus qui vendent des produits exotiques qui le font.

Vous noterez au passage que le filtrage manuel est à l’antithèse des principes brandis depuis toujours par Google et qu’il a pour principal effet de démontrer qu’ils n’ont pas confiance en leurs algorithmes et autres inventions mathématiques ; ils auraient dû me poser la question. Ca leur aurait évité du boulot.

Je crois que Panda est encore une de ces manips médiatiques de Google, et dont le but est de faire peur aux mauvais garçons.

Ils ont quand même quelque chose de religieux, à Mountain View. Des baptistes peut-être ? Ils consacrent beaucoup d’efforts à inculquer à chacun de nous le sens du péché. Et comme dans le fond mon sentiment est qu’ils n’ont pas réellement les moyens de contrôler nos débordements, ils agitent la menace du diable. Et de temps en temps allument un bûcher, sans que justice ne puisse réellement être rendue, puisque lorsque l’on a déjà cramé l’on n’est plus censé se plaindre. Il n’y a rien de tel qu’une belle injustice pour se faire respecter.

Ce que je suspecte en outre, c’est que Google Trends est une véritable fumisterie. J’y ai effectué quelques recherches pendant une bonne demi-heure, et l’on obtient des résultats aberrants. Ce qui est assez normal, la formulation des requêtes est assez confuse, la liste des catégories si étroite qu’elle n’a aucun sens, et à ce que j’ai constaté, ils effectuent les mesures sur le UK, l’Allemagne, les USA, mais pas sur la France.

Le plus drôle, c’est ce qu’ils comprennent de la thématique de chaque site, exprimée en pourcentages. Je suis allé sur des sites purement industriels et je me suis beaucoup amusé de constater qu’ils étaient considérés pour 20% de leur trafic comme des sites de divertissement. Peut-être qu’ils n’ont pas la même conception de l’amusement que moi, après tout. Il faut être tolérant.

Une autre remarque: presque tous les sites dont j’ai consulté le trafic sont en sévère baisse.
Google ferait mieux de ne pas trop communiquer là-dessus. S’ils prétendent que plus personne n’interroge le web, ça ne va pas faire plaisir à leurs actionnaires.

Cet article vous est proposé par mBesson

© 1999 à 2015 MoteurZine par IDF.net

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?