Adwords, la bonne approche de Google

J’ai reçu la semaine dernière un email destiné aux clients d’Adwords, qui me convie à suivre un séminaire en mai, à Paris. Une journée gratuite, la deuxième (optionnelle) payante, puisqu’elle correspond à un audit de ma campagne. Prix raisonnable, environ la moitié ou le tiers de ce que facturent les séminaires spécialisés en SEO.

Peut-être s’étaient-ils rendu compte que mon budget publicitaire était en baisse, ou alors tiennent-ils particulièrement à ma clientèle.

Cet email n’est pas le premier du genre, ils m’envoient régulièrement des conseils pour améliorer mon « ROI ». Et j’aime bien leur argumentaire. Ils essaient d’apprendre aux gens à calculer.

Loin d’essayer de blouser le client, ils s’efforcent d’expliquer les principes de base de la règle de trois, et la manière d’effectuer vos dépenses publicitaires de telle sorte qu’elles vous rapportent de l’argent. Je l’ai dit à plusieurs reprises dans ce forum, la règle de trois est la chose au monde qui me semble le plus mal partagée.

Combien dépensez-vous ? (ils le savent déjà). Combien cela vous rapporte-t-il ? (ça, ils l’ignorent). Pas assez ? N’y a-t-il pas une manière d’être plus fin dans votre approche pour qu’Adwords ne soit pas qu’une source de dépenses mais de profit ? C’est à vous d’y réfléchir, mais nous sommes là pour vous y aider.

Bien sûr, cela va dans le sens de leur intérêt, mais aussi dans celui d’une relation « gagnant – gagnant », pour reprendre l’expression politiquement correcte, qui est une des rares à avoir du sens pour moi.

Cette histoire me rappelle « le Petit Prince », qui apprivoise le renard des sables, cet animal qui s’en va grappiller des escargots ou autres invertébrés sahariens, sans jamais consommer tous ceux qu’il trouve sur la même plante. Il procède par prélèvements. Un principe écologique instinctif : s’il ratiboisait la plante, il détruirait la faune. Alors, il est capable de parcourir des kilomètres pour trouver une ou deux autres graminées sur laquelle il prélèvera le complément de son bol alimentaire.

Ainsi en va-t-il de Google. Notre extinction ne lui serait pas profitable.

Cet article vous est proposé par mBesson

© 1999 à 2015 MoteurZine par IDF.net

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?